Wednesday, January 15, 2014

Transmission verbale dans les vieilles familles san franciscaines

Au cours de nos interviews de San Franciscains pour la réalisation du film, nous avons rencontré des représentants de vieilles familles san franciscaines sur 4 ou 5 générations et j'ai été surprise de l'importance de la transmission au travers des générations dans une ville aussi résolument tournée vers le futur.

Mary nous a rapporté le tremblement de terre de 1906 tel que son grand-père lui avait raconté  (elle bien sûr n'était même pas née) avec l'incendie de trois jours qui n'était pas arrivé jusqu'à eux (ils habitaient le quartier de Western Addition).

Cynthia nous a lu journal de sa grand-mère emmenée "en expédition" alors qu'elle était enfant pour visiter l'exposition panaméricaine de 1915 (NDLR destinée à "remettre San Francisco sur la carte" après le tremblement de terre de 1906).
"Ce fut une grande surprise un matin de 1915 pour les enfants de la famille : on allait à l'exposition internationale de San Francisco. Les membres du Rotary Club nous ont emmenés dans leur voiture et c'était pour moi  la première fois, je crois,  que je montais dans une automobile : je ne connaissais que le buggey de mes grands-parents avec les chevaux !.(.,). Avant de partir à la foire, on nous donna chacun 5 nickels neufs dans le creux de la main et j'avais le sentiment de tenir la richesse du pays dans ma main ; sur l'autre face du nickel, il y avait un chef indien. Autre sujet d'excitation,  il  y avait  un homme qui faisait voler son petit avion au-dessus de la foire. C'était le premier avion que je voyais. Une compagnie de jus d'ananas distribuait des jus d'ananas gratuits: une autre première pour moi, ananas et jus d'ananas. C'était choquant pour moi de voir tant de statues nues tout autour  de nous alors qu'on nous répétait d'être pudiques; et de couvrir notre corps".

C'est joli, non?

2 comments:

E. said...

Ca me fait penser aux bombardements de sa ville pendant la 2eme guerre mondiale racontés par ma grand-mère, c'est très émouvant. Et je regrette vraiment que personne n'ait pensé à l'enregistrer donc chez nous aussi ça passera par la transmission verbale.

SB de Lyon said...

Sans avoir jamais rencontré sur place
un san-franciscain avec une mémoire familiale aussi ancienne, un jeune trentenaire m'a un jour évoqué le souvenir de son grand-père pendant la guerre du Pacifique. J'en ai pleuré. On rencontre des gens comme nul part ailleurs, à San Francisco...