Wednesday, December 30, 2009

Les phoques sont partis faire la fête ailleurs !

Voilà les phoques il a un mois à la pier 39 (A ce moment là, on en avait compté 1700). Depuis le tremblement de terre de 1989, ils sont venus s'installer dans le port et font l'attraction des touristes.

Tant et si bien qu"une camera permet de les voir en permanence dans le monde entier ou plutôt permettait de les voir.
Vous pourrez en effet constater sur la vue live de la pier 39 (ou sur la photo du Chronicle ci-dessous si le décalage horaire vous fait regarder la nuit !) qu'il n'y en a plus.

On avait l'habitude de les voir presque tous disparaître au début de l'été pour la reproduction en mer, mais jamais à cette époque.
Même les spécialistes du Mammal Center ne comprennent pas.
Y'a plus de saison ma pauv' Madame!

Friday, December 18, 2009

Un super-cadeau de Noël!

Photos du Chronicle
Gavin Newsom, le maire de notre ville chérie ,vient de lui faire un super-cadeau de Noël : il lui offre Treasure Island qu'il rachète à l'US Navy ; le prix du cadeau à échéance, tout compris , serait de 105 Millions de dollars.
Cette île artificielle située au niveau du milieu du Bay Bridge , a été créée à partir de sédiments dragués dans la baie et des produits provenant du creusement du tunnel sur l'île naturelle toute proche de Yerba Buena pour abriter l'exposition de 1939. Plus récemment, elle était devenue une ancienne base militaire maintenant desaffectée. Jusqu'à lors, les civils n'y avaient qu'un accès limité, juste assez pour profiter de la vue magnifique sur le skyline de la ville, de jour comme de nuit, en particulier au moment des illuminations de Noël.
On peut s'étonner qu'une ville avec un déficit attendu de plus de 500 millions de dollars s'offre un bijou d'un tel prix. Mais l'idée est d'en faire un nouveau quartier, avec la vue superbe sur le skyline, ce qui générerait des revenus colossaux. Sont prévus plus de 6000 logements, un immeuble de 60 étages, six immeubles,un terminal de ferry, un nouveau centre commercial, des espaces verts... le tout conçu comme un modèle de développement durable.
Seul point noir, la zone est dangereuse du point de vue sismique (on se rappelle la fragilité de la Marina construite sur les gravas du tremblement de terre de 1906). Mais les techniques ont fait d'énormes progrès.
Y'a pluka...

Thursday, December 10, 2009

San Francisco, Poulidor du QI

La manie américaine des classements s'exerce cette fois sur les métropoles (plus de 1 million d'habitants, 55 pour l'ensemble du pays) les plus intelligentes ("smartest cities"). Ce classement a été établi à partir de plusieurs critères affectés de divers coefficients : nombre d'exemplaires d'essais (non fiction) achetés, les diplômés de l'enseignement supérieur, établissements d'enseignement supérieur etc...ramenés bien sûr au nombre d'habitants, et enfin l'engagement politique mesuré à partir de la participation aux dernières élections présidentielles.
On arrive ainsi au calcul d'une sorte de QI de la ville (maximum 200).
San Francisco arrive 2è avec un score de 165 derrière Raleigh-Durham (170)
Bien sûr , les San Franciscains sont furieux de ne pas être "the best" , d'autant plus que leur ville a perdu des points sur... son non-engagement politique , ce qui est pour le moins surprenant, il faut bien le reconnaître.
Seule consolation : New York, l'éternelle rivale, est 13è...

Tuesday, November 24, 2009

Sunday, November 22, 2009

Les Indiens de retour à Alcatraz

Le 20 Novembre 1969 au petit matin, une centaine de militants de l'American Indian movement débarquèrent sans problème sur Alcatraz, peuplé à l'époque du seul gardien de phare depuis la fermeture de la prison fédérale en 1963. Ils s'y installèrent en arguant d'un texte qui prévoyait qu'un terrain fédéral abandonné pouvait revenir aux Indiens. Ils ajoutaient avec humour que Alcatraz avait toutes les "qualités" pour devenir une réserve indienne: pas d'eau , isolement, pas de ressource économique, univers carcéral etc...
L'occupation dura 19 mois : Alcatraz était devenu un lieu de rencontre des Indiens, plus de 20000 personnes y passèrent, d'autres s'y installèrent avec école, hôpital etc...
A la fin, après des luttes internes et un incendie important , le Rock fut finalement évacué par la police sans incidents majeurs. Mais cette occupation avait été le déclic d'un mouvement de protestation des populations indigènes qui déboucha sur la "Declaration on the Rights of Indigenous Peoples" en septembre 1907 à l'ONU.
Quarante ans plus tard, samedi dernier, une commémoration a été faite à Alcatraz : les Indiens sont arrivés cette fois par les bateaux du service du National Park...
Photos Chronicle
Et mercredi et jeudi, sera projeté avec Coit Tower comme écran un film sur ces 18 mois particuliers. Si la météo est bonne, on devrait le voir à 3 miles à la ronde!

Friday, November 20, 2009

Berkeley au créneau!


La raison? 32 % d'augmentation des droits d'inscription à lUniversité qui dépasseront à la rentrée les 10 000$, soit trois fois plus qu'il y a dix ans (ces droits sont supprimés pour les revenus de moins de 70 000$ ; ce sont donc les classes moyennes qui sont le plus touchées) et la suppression de postes de gardiens occupés par des étudiants. L'Etat de Californie est fauché et cela se répercute sur les Universités du système UC (UC Berkeley et UCLA sont les plus mobilisés)

Au fond, on voit Sather Gate, symbole de tous les temps de la contestation berkeleysienne (c'est comme ça qu'on dit?)
Photos Chronicle
Hier, les choses se sont enflammées , puis calmées. Mais aucune revendication n'a été satisfaite.

Saturday, November 14, 2009

Heurs et malheurs sur le Bay bridge

On savait que le Oakland-Bay Bridge serait fermé pour le week-end du Labor Day, du 2 au 8 septembre. A chacun de s'organiser en conséquence...
Et le 8, miracle, après la réalisation de travaux sensés le rendre plus résistant , le pont est rouvert comme prévu. Les grognons disent tout de même que le temps de passage du pont a augmenté de 90%.
Le 27 octobre, moins de 7 semaines après la réouverture, plusieurs tonnes d'acier tombent sur le tablier supérieur sous l'action du vent : 3 voitures endommagées, un blessé léger.
On ferme le pont encore une fois. Les 280 000 voitures qui passent d'ordinaire le pont tous les jours et leurs occupants doivent trouver des solutions...Le BART est saturé, le San Mateo Bridge, le Richmond Bridge et le Golden Gate Bridge aussi !

Agrandir le plan

Chaque matin, on espère la réouverture qui ne se fera que le 2 novembre (la plus longue interruption non programmée depuis Loma Prieta).
Les crashes se succèdent (une cinquantaine) sur la nouvelle rampe au nom évocateur : la S-curve. On y abaisse la vitesse autorisée à 40 m/h.
Avant-hier, cette fois, un camion tombe du pont...
On installe alors de nombreux sytèmes d'avertissement et... des contrôles permanents de la vitesse avec "tickets". La méthode des "essais et erreurs"....
On prévoit déjà qu'une autre fermeture devrait avoir lieu avant Noël.
La S-curve devrait rester en fonctionnement jusqu'à l'ouverture du nouveau tablier en 2013...
Sûrement d'autres chapitres à la saga du Bay bridge à venir.... Bon courage !


Monday, November 09, 2009

Qui l'eût cru?

Photos Christian Jeunet
En regardant de plus près, on voit un nom "Forbes Island".
Island?
Confirmé par la photo vue du ciel, et la même un peu agrandie.




En fait , un ancien house-boat. Je l'avais vu déjà avec ses palmiers, pendant des années au milieu de la baie de Sausalito, où tout le monde l'appelait le "bateau du millionnaire".
Perdu de vue quelques années encore, il a réapparu sous forme d'un restaurant tout près du Pier 39, maintenant son statut d'île en imposant l'accès par l'intermédiaire d'un bateau.


La décoration est cocasse, l'intérieur très marin, les repas sympas... surtout si la baie est calme. Sinon, il vaut mieux avoir le pied marin!


Le propriétaire est le Capitaine Forbes.

Encore une question — mais cette fois, je n'ai pas la réponse : y'a-t-il un rapport entre le Captain Forbes et le grand Forbes ? Vous savez, vous?

Wednesday, November 04, 2009

Question

Bien sûr, ces phoques du Pier 39, vous les avez vus, admirés, entendus, sentis... Mais avez-vous remarqué ces palmiers en arrière, le long de la digue. Insolites, non?
Alors que font-ils là?

Friday, October 30, 2009

Happy Halloween!

video
La version 2009 de la sorcière d'Halloween!

Tuesday, October 27, 2009

Sea Ranch de Lawrence Halprin


Il y a longtemps que j'avais une petite envie de parler de Sea Ranch, ce point pas comme les autres à 100 miles au Nord de San Francisco par la High way 1., un peu au Sud de Gualala, sur 10 miles le long de l'océan.
Pourquoi? Parce que c' est un très bel exemple d'intégration de l'homme dans un site sauvage le long de la côte. Les constructions se fondent dans le paysage et les maisons sont à peine visibles de la route.

Parce que c'est là que j'ai vu mes premières dindes sauvages et du coup Thanksgiving a pris un autre sens pour moi !

Parce qu'il a des chemins superbes ouverts à tous le long du Pacifique.

Pourquoi je ne l'avais pas fait jusqu'à maintenant?
Parce que c'est un lieu privé : ses résidents constituent vraiment une éco-communauté, composée presque exclusivement de blancs bon chic bon genre et qui ont pourtant gardé l'esprit ouvert,écolo et communautaire des années 70, période qu'ils ont presque tous connus. Le résultat est surprenant.
Alors pourquoi je me décide à en parler au jourd'hui?
Parce que l'architecte paysagiste qui a conçu l'ensemble est Lawrence Halprin qui vient de mourir à 93 ans à San Francisco.
Celui-ci a beaucoup marqué certains coins de la ville comme la Levi's Plaza, le Ghirardelli Square (un des premiers exemples de réutilisation de bâtiments historiques) et la Union Nations"Plaza.
C'est lui aussi qui a aménagé l'accès au pied des grandes cascades du Yosemite (les plus grandes cascades mesurées des Etats-Unis soit dit en passant)
Alors, si vous remontez la High way 1, arrêtez-vous à la Sea Ranch Lodge pour apprécier le travail de Halprin et boire un pot en son honneur!

Sunday, October 18, 2009

Vingt ans après

C'est le vingtième anniversaire du dernier gros tremblement de terre sur la baie, celui de Loma Prieta (6,9 sur l'échelle de Richter). Le tremblement de terre avait eu lieu à 17h juste avant le match de baseball des World series qui opposait les Giants (de San Francisco) et les A's (d'Oakland): toute la baie était devant la télévision et le Bay Bridge à peu près vide. C'est pourquoi les journaux le lendemain du séisme avaient annoncé d'abord plus de 200 morts sur le pont se fiant simplement aux statistiques de la "rush hour"! alors qu'il n'y a eu en tout "que" 63 morts pour toute la région.



Pour commémorer l'anniversaire, le Chronicle présente une rétrospective de photos.
Pendant des mois, les gens se sont abordés en disant "where were you?" sans avoir à préciser le jour concerné. Et chacun y allait de sa petite histoire . Ceux qui ont vu les grands buildings osciller sur la base. Ceux qui étaient dedans et ont subi un mouvement de va et vient qui semblait sans fin. Ceux qui avaient suivi les flammes qui ravageaient la Marina en boucle sur la télé d'un aéroport de la côte Est où ils étaient bloqués.Ceux qui avaient reçu un mur de boîtes de conserve dans un supermarché arrivés l'avant-veille de France ("Welcome to San Francisco!) . Ceux qui sont allés ensuite travailler en Ferry et en BART pour compenser la destruction du pont. Une amie avocate, habitant Berkeley, était dans le bus qui s'était engagé sur le Bay Bridge au moment de l'effondrement du segment du pont et s'était donc arrêté. Dialogue avec le chauffeur.
—Qu'est-ce que vous attendez pour faire demi-tour?
— Madame, ce pont est à sens unique.
— Alors, laissez-moi descendre.
— Madame, ce pont est interdit aux piétons.
— Si vous n'ouvrez pas, je vous colle un procès.
La porte s'ouvre...
Le lendemain, on a vendu sur Market st. des T-shirts : "I survived the earthquake 17 oct 1989". Ils ont très vite disparu...

Le prochain est attendu sur la faille de Hayward, celle qui traverse East Bay, potentiellement la plus dangereuse selon les experts . Mais des cracks et des mini-séismes indiquent que les tensions se relâchent un peu, ce que confirme bien la carte de l'USGS mise à jour en permanence. Une bonne nouvelle.

Special Map

Thursday, October 15, 2009

Un jour pour Harvey Milk

Désormais, le 22 mai sera le "jour Harvey Milk" (son jour de naissance) en Californie. Ainsi en a décidé le Gouverneur Arnold Schwarzenegger à la surprise générale puisqu'il avait refusé cette proposition l'année précédente. Mais entre temps, le film qui lui a été consacré est sorti et obtenu 8 oscars...

Comme on pouvait s'y attendre, certaines associations se sont d'ores et déjà déclarées farouchement opposées à cette décision.

Monday, October 12, 2009

On a frôlé la cata !

C'était ce week-end, la fin de la Fleet Week avec comme chaque année les démonstrations pétaradantes mais spectulaires des Blue Angels. Samedi, patatras : interruption pour cause de brouillard. Heureusement pour les fans, les évolutions ont pu avoir lieu dimanche (les autres avaient fui le bruit et la ville !) Du coup, ce lundi, comme chaque année aussi , le Chronicle sortait ses photos. Celle-ci m'a paru insolite.

Friday, October 09, 2009

Encore un prix Nobel sur la Baie

Une des lauréates du prix Nobel de Médecine 2009 est Elisabeth Blackburn pour ses travaux sur la télomérase.


Photo Chronicle
On la voit ici avec ses collègues de UCSF même si l'essentiel des travaux récompensé a été réalisé à Berkeley (avec son étudiante Carol greider, elle aussi primée et maintenant à John Hopkins) . La légende de la photo ne dit pas si elle a été prise dans l'ancien bâtiment, celui de Parnassus, en fonctionnement au moment de ses travaux il y a une bonne vingtaine d'années (oui, il faut toujours beaucoup de réflexion et de recul au Jury Nobel pour décider que des travaux sont vraiment fondamentaux et dignes du prix!) ou dans les nouveaux, ceux de Mission Bay.
Les deux campus ne peuvent être plus différents. L'ancien UCSF, sur Parnassus, est situé en ville, dans le quartier le plus froid et le plus venté, directement exposé aux énervements de l'océan, accroché verticalement à la colline, sans espaces verts, avec comme axe de circulation centrale... un ascenseur qui permet de passer de Irving st à Parnassus st en traversant tous les étages du parking. De surcroît mal desservi, par la ligne J et deux bus aux horaires erratiques. Et pourtant, dès qu'on regarde dehors, beaucoup de charme avec en bas, le Golden Gate Park qu'elle surplombe et au fond, le Golden Gate Bridge sous un angle insolite.
Celui de Mission Bay, encore en cours de réalisation au bord Sud de la ville, dans une zone plate bien protégée des vents, commence à bien prendre forme. De l'espace, même si les arbres sont encore maigrichons, mais ça va venir, des bâtiments pharaoniques, au cœur d'un complexe scientifique (Genentech est à la porte) et hospitalier.




Bien desservi par la ligne T qui la relie aussi bien au terminal des bus qu'au BART, aux ferries et au Caltrain, et donc à l'ensemble de la baie . Côté vue, ça se gâte : la cafèt' et sa terrasse donnent sur la Freeway, vers le Nord au loin le skyline de la ville et à l'est, les "restes" du port de San Francisco.
On ne peut pas tout avoir...
L'important n'est-il pas un esprit sain dans un corps sain!

Photo Chronicle

Sunday, October 04, 2009

Le Musée de la famille Disney





Le musée de la famille Disney a ouvert dans le parc du Presidio le 1er octobre, consacré non seulement à Walt Disney,(1901-1966) mais aussi à la famille et entre autres à son frère Roy (1893-1971) qui fut son financier.


L'inauguration comme le musée lui-même fut sobre, pas de Mickey qui vous attende à la porte.

Photos Christine Lemor-Drake

C'est un musée d'histoire, ce n'est pas un parc d'attractions.

Photo Chronicle

Fidèle au chauvinisme des Français, je ne résiste pas : le nom de Disney vient d'Hugues d'Isigny parti de sa Normandie avec Guillaume le Conquérant après la victoire de 1066 vers l' Angleterre, où il s'est installé et où le nom a été anglicisé!

Sunday, September 27, 2009

Donald Fisher

photo du Chronicle
Don Fisher, une des grandes figures de San Francisco, vient de disparaître.
Grande figure de la ville, pourquoi?
D'abord, c'était un authentique San Franciscain.
Ensuite , ce fut le type même de l'"entrepreneur" comme on les aime ici : alors que rien dans sa carrière ne l'y avait prédisposé jusque là, il a ouvert avec sa femme Doris une boutique de vêtements sur Ocean Street en 1969 et à partir de là a construit l'empire GAP sur 25 pays dans le monde, créant même ses propres concurrents : entre autres, Old Navy, la formule bon marché, et Banana Republic.
C'était aussi un grand nom de la philanthropie san franciscaine, en particulier en matière d'éducation (il a par exemple créé la fondation KIPP pour aider l'accès à l'éducation des populations moins favorisées).
Enfin c'était un collectionneur d'œuvres d'art exceptionnel. Pendant longtemps peu de gens ont vu sa collection, tous étaient admiratifs. Un projet de Musée Fisher avait été envisagé au sein du parc du Presidio, mais finalement les 1100 pièces de sa collection rejoindront le MOMA en faisant un musée de tout premier ordre dans le monde pour la peinture du XXè siècle. .

Friday, September 18, 2009

Le street car italo-américain

Italy, USA lapel pin
Ce que j'aime bien chez les Américains, c'est leur aisance et leur plaisir à naviguer entre leur(s) pays d'origine et leur nationalité : ils savent être tranquillement irlando-américain , italo-américain, (franco-américain, c'est plus rare) .La fréquence et la diversité des cross-flags pins le montrent bien.
Dans le même ordre d'idée (enfin...si on veut !) parmi les street-cars de la ligne F , authentiques véhicules de la première moitié du XXè siècle, rachetés dans le monde entier par la ville, mon préféré est celui de Milan, concu par Peter Witts à Cleveland. Il en existe une dizaine d'exemplaires dans San Fancisco : aucun risque en regardant bien de ne pas en voir un sur Market.
L'extérieur est simplement désuet.

Mais montez et détaillez l'intérieur...

En bon français, "il est interdit de cracher".

Durant la marche, se tenir aux poignées.

Sortie
Délicieux, non?

Saturday, September 12, 2009

Le pays où l'on n'arrive jamais

La maison est bourgeoise mais discrète, au bord de la route à Yountville dans la Napa Valley.

En fait, il s'agit de la French Laundry (oui, la Blanchisserie Française), un restaurant répertorié parmi les grandes tables du monde (148 dans le monde, 13 pour l'ensemble des Etats-Unis). Petit clin d'œil au nom, un peu snob vous en conviendrez, le logo de la maison est ... une épingle à linge.

Le cadre est agréable et idéal pour prendre un verre avant le repas.


C'est tentant, non? Mais il n'y a que 15 tables et 60 couverts : du coup, essayer d'y faire une réservation relève du parcours du combattant et se solde très généralement par un échec. Les réservations sont ouvertes 60 jours à l'avance (pas deux mois, 60 jours!) et un quart d'heure après l'ouverture, c'est déjà complet. Renseignements pris sur place, on vous conseille d'appeler avec deux téléphones en parallèle, sans arrêt, de façon à saisir le créneau dès que la ligne se libère, d'accepter l'inscription sur la liste d'attente.... et d'être prêt à rester 3 heures à table.
C'est ainsi que des amis ont appris sur leur portable alors qu'ils étaient au milieu de nulle part qu'ils faisaient partie des heureux élus.
Elus pour quoi? La base de l'attraction, parce que c'en est une, est un menu à 9 plats qui change tous les jours, avec une version végétarienne.


Des saveurs, des senteurs, dues entre autres à l'utilisation des légumes et des herbes maison cultivés de l'autre côté de la route....

Avant de prendre votre décision, pensez tout de même aux 240$ du menu, sans oublier les petits suppléments, le vin (25$ le verre dans le jardin, 250$ la bouteille) le supplément foie gras (30$ pour une lichette).... Mais quand on a rêvé d'aller à la French Laundry, qu'on y est enfin, ce n'est pas pour lésiner.
Et puis, si vous n'y arrivez jamais, faites comme moi, allez voir le film Ratatouille en savourant le fait que les studios Pixar ont travaillé avec le chef Thomas Keller pour sa réalisation !