Tuesday, October 18, 2005

San Francisco, une île politique?


Sauf regain lié à l’affaire Mérimée, la nouvelle vague de French-bashing signalée par Superfrenchie, Miquelon ou Christophe Caron semble venir se briser sur les collines de San Francisco.Tout au plus quelques produits français se sont-ils un peu raréfiés dans les supermarchés locaux. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas suivre le débat Superfrenchie vs O’Reilly mercredi soir.

Déjà, lors de la grande vague de francophobie en 2003 , San Francisco avait été à peine touchée : certes, il y avait bien eu la petite démonstration au sein de la grande course de Bay to breakers (photo ci- dessus, prise le 18 mai 03) et quelques boycotts de courte durée de produits alimentaires français, mais ils étaient largement compensés par des attitudes ouvertement francophiles au jour le jour.

« San Francisco, île politique ». C’était les titres des journaux lors de l’élection de Schwarzie comme gouverneur : seule, San Francisco avait voté contre lui. Ça semble se confirmer !

2 comments:

Mathieu Levereau said...

Pas vraiment anodin, la manif....si?

sciencebio said...

salut geneline
completement d'accord avec l'exception san francisco
je viens de decouvrir votre blog: c'est tres bien! je vous mets en lien sur sciencebio
a+