Thursday, December 01, 2005

L'exploratorium

D’accord, il pleut, mais ce n’est pas la fin du monde… Il reste l’Exploratorium.
On est toujours un peu dérouté en entrant dans cet immense hall sombre, sans autre repère qu’une grande mezzanine plaquée au milieu comme un moka et sur le côté, bien visibles, les coulisses de l’atelier où on construit les manips’.
Deuxième impression : c’est le calme qui y règne, quels que soient la fréquentation et l’âge des fréquentants : pas de gosse qui hurle, même quand tous les centres aérés de la terre semblent s’être regroupés là.

En avançant, on découvre ce qui a fait la spécialité de la maison : des expériences et des manipulations souvent spectaculaires et déroutantes, qu’on peut regarder, toucher, faire bouger en toute liberté (et pas forcément comme l’a prévu le concepteur de l’expérience !). Fauteuils roulants et poussettes se mêlent aux valides autour de l’un ou l’autre des éléments d’exposition, tous sont perplexes et/ou enthousiastes.

Une créativité et une innovation toutes san-franciscaines qui en ont fait le modèle des musées «hands on » depuis son ouverture en 1969. Certaines de ses « exhibits » ont été expédiées dans une quarantaine de musées aux quatre coins du monde (entre autres à notre chère Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris…).

1 comment:

annie said...

Elle est bien mignonne, cette petite fille en rose...