Monday, June 19, 2006

Juin, mois du blues chez les expats...

L'été s'installe avec ses alternances de fog et de belles journées chaudes, la lumière très blanche durcit les contrastes. C'est la fin des classes pour les écoles françaises, les américaines ont déjà fermé; les premiers summer camps pour les enfants fonctionnent. Les vacances sont là.
Mais Juin, c'est aussi le départ définitif des amis, ceux qui rentrent en France ou s'envolent vers d'autres pays pour toujours. Liste d'objets à vendre sur internet, derniers repas pris ensemble, fêtes d'adieux ça et la dans la Bay. Les partants sont entre rire et larmes, encore ici et déjà là-bas, via les cartons et les formalités en tout genre. Ceux qui restent pensent à la rentrée de septembre, quand il faudra reconstruire son présent sans les visages familiers, sans le sourire ami.
Les relations qui se tissent entre expatriés sont fortes, une sorte de substitut de famille sans ses obligations; et les expats qui vivent ici depuis longtemps le disent parfois avec lassitude: il devient de plus en plus difficile avec le temps de voir se repéter d'année en année le départ d'amis. A tel point que certains préfèrent prendre des distances petit à petit à l'annonce du départ, comme pour se protéger de la difficulté de la séparation....

3 comments:

Anonymous said...

Certes Il y a ceux qui restent la poche pleine de Kleenex de voir partir les autres...Mais si on se sait amis, on sait aussi que l'amitié franchit les distances. Alors on pense à leur(s) prochaine(s) visite(s),à ce que l'on fera découvrir lors de leur prochain passage, à la joie des retrouvailles...Et puis on pense , en se réconfortant, aux autres rencontres que l'on fera avec les nouveaux arrivants, ceux qui ne "savent pas" encore..Car quitter son pays c'est accepter de rencontrer des gens , encore et encore. Et c'est pour cela que les expatriés sont aussi riches ; ils peuvent glaner des amitiés de ci de là pour mieux reconstruire ailleurs...Une forme de richesse intérieure à cultiver...et à faire partager.
Bon retour..et Bienvenue
De la part de celle qui reste...

Dolce said...

http://www.entrenewyork.com/modules.php?name=News&file=article&sid=153
On y pense tous :)

Anonymous said...

Oui, la vie d'expat est un compromis que résument bien ton post et le premier commentaire. En gros, il y a 10 mois de très bon et 2 difficiles (parce que le mois de vacances en France l'est aussi à d'autres points de vue). Ce n'est pas si mal une fois qu'on a rangé les mouchoirs!