Tuesday, June 27, 2006

Les homeless de San Francisco

Cette ville belle, pimpante et dynamique, a sa plaie douloureuse, ces sans abris dont on évaluait le nombre à 8000 il y a quelques années, nombre incontestablement plus élevé en proportion que dans bien des villes.
On y trouverait des anciens du Vietnam, des malades mentaux jetés dans la rue quand Reagan, alors gouverneur de la Californie, avait décidé de fermer des hôpitaux psychiatriques, des participants actifs aux délires des années 70 qui se sont abîmé le cerveau à coups de LSD et autres produits, et beaucoup de laissés pour compte dans une société active et dynamique qui n'intègre pas les faibles. Ce nombre élevé est sans doute aussi lié à un climat égal sans saisons extrêmes et à l'effet miroir aux alouettes de l'allocation mensuelle de quelques centaines de dollars donnée par la ville.
Ces homeless sont des caucasiens et des noirs. Pas d'asiatiques, pas d'hispanics, sans doute mieux soutenus dans leurs communautés d'origine.
Dans les années 90, ils occupaient la grande place devant le Civic center et l'une des grandes promesses de l'ancien maire Willie Brown pour son deuxième mandat était de rendre cette place aux touristes.
Ce qui fut fait très rapidement après sa réélection en 2000, sans intervention musclée. Il a suffi de mettre en place l'arrosage régulier des pelouses et le street-cleaning trois fois par semaine entre 2 heures et 6 heures du matin.
Le problème des touristes était règlé. Celui des sans-abris était seulement déplacé.

3 comments:

Dolce said...

Quand tu sais que le maire de Ny a fait interdire les homeless... pas mieux hein ? C'est interdit de dormir sur un banc, ds un parc, etc. Du coup, ok, dans les beaux quartiers, on n'en voit pas. Ca deplace, la encore, le probleme. Quand on sait qu'il n'y a pas assez de shelters et que la moitie sont en passe d'etre fermes !

Stephane said...

Pas de homeless asiatique ? Je m'insurge.

Lors d'au moins 2 sejours a San Francisco, j'ai crosie la meme asiatique, petite (ok, c'est pleonastique) et agee qui recuperait des canettes en Alu.

Un point positif pour les homeless de San Francisco, ils ne jouent pas de l'accordeon dans le BART. Encore qu'a Paris, on en voit de moins en moins. D'accordeons dans le metro, je precise.

Dolce said...

A NY non plus quasiment pas d'asiats ni de latinos, surtout des noirs.